Home Tests Test de l’imprimante 3D DLP MoonRay S
Test de l’imprimante 3D DLP MoonRay S

Test de l’imprimante 3D DLP MoonRay S

0

Après un petit mois d’absence sur le blog, je reviens aujourd’hui avec la critique de l’imprimante 3D résine MoonRay S de SprintRay.

Présentation de l’imprimante

Tout d’abord, nous tenons à remercier Machines-3D  (3% de réduction avec le coupon « Sky-Future » ) pour nous avoir fourni l’imprimante 3D SprintRay MoonRay S pour la durée de nos tests.

La MoonRay S est une imprimante 3D résine destinée premièrement au monde de la dentisterie. Cependant, elle peut également être utilisée pour l’impression de modèles en ingenerie ou encore pour l’impression de figurines nécessitant de fin détails.

L’imprimante est plug and play, sans fils et ne nécessite pas de calibration manuelle. Elle peut être utilisée avec l’ensembles des résines prévue pour les imprimantes 3D résine de type DLP. Elle dispose d’une précision d’épaisseur de couche de 20 microns avec un volume l’impression maximum de 130 x 80 x 200 mm.

L’imprimante est vendue avec quelques accessoires supplémentaires présenté dans la suite de l’article au prix de 3990€ HT et garantie 1 an.

Ses caractéristiques techniques:

Niveau impression:

  • Technologie d’impression: Résine de type DLP (Direct Light Processing)
  • Volume d’impression: 130 x 80 x 200 mm
  • Pécision d’impression: 20, 50, 100 microns
  • Résolution XY : 100 microns

Dimensions physiques de la machine:

  • Encombrement: 38 x 38 x 50 cm
  • Poids: 16kg

Logiciel:

  • Slicer: RayWare
  • Types de fichiers supporté: .obj, .stl

Première impression

La première chose que cette machine inspire lorsque l’on la découvre pour la première fois c’est premièrement c’est un sentiment de qualité. En effet, le coucle de protection est réalisé en une seule pièce de polycarbonate.

Capot de protection en polycarbonate formé d’une seule pièce.

La structure de base quant à elle est réalisée entièrement en acier ce qui assure une bonne stabilité de l’imprimante.

Structure de la machine entièrement en métal donc très robuste

Le reservoir de résine peut-être facilement enlevé de l’imprimante par un simple glissement de celui-ci.

Contenu du kit fourni avec l’imprimante

Imprimante et livret d’utilisation


Deux réservoir à résine et plateau de verre, plateforme de construction et 1an de garantie et hotline Machine 3D.

Prise en main du logiciel RayWare:

Commencer une impression en quelques clics avec RayWare, e logiciel de slicing pour la MoonRay S. Il suffit d’ajouter votre modèle, laissez le logiciel RayWare générer des supports et lancez l’impression. 

Une fois fait connecter vous au réseau Wi-Fi généré par la MoonRay S afin d’y envoyer le fichier à imprimer sur la plateforme de construction.

RayWare comprend également de nombreux paramètres réglables en option, permettant à votre processus d’impression d’être aussi simple ou avancé que vous le souhaitez.

Résultat des premières impressions avec la MoonRay S:

Nous avons pu réaliser des impressions à l’aide de la résines standard clear de SprintRay ainsi que de la résine High Tensile Grey compatible DLP de Photocentric et les résultats ont été similaires dans les deux cas. Nous n’avons eu aucun problème d’adhésion et l’impression est resortie avec un niveau de détails juste impressionnant, comme peut le montrer les images suivantes.

Outil de support de lame de cutter réalisé avec de la résine High Tensile Grey

Pièces de jeu d’échec réalisé avec de la résine clear et de le résine High Tensile Grey

Conclusion du test

Ce que nous avons apprécié:

  • La qualité de fabrication de la machine qui est au rendez-vous
  • La facilité de prise en main de l’ensemble imprimante et logiciel
  • Le calibrage automatique de la machine
  • La connexion Wi-Fi qui nous permet de vérifier l’état de l’impression et l’envoi d’un job d’impression sans devoir charger les fichiers sur une carte SD

Ce que nous avons moins apprécié:

  • L’impossibilité de pouvoir évider les modèle que l’on souhaite imprimer ce qui nous fait perdre pas de résine das le remplissage pas toujours nécessaire
  • L’absence d’une afficheur sur l’imprimante permettant que consulter le statut de l’impression
  • L’impossibilité de connecter l’imprimante sur son réseau local afin de savoir travailler sur internet tout en monitorant son impression
  • Le slicer qui se bloque lorsque l’on souhaite imprimer une pièce de grand volume avec une précision de 20 microns

L’imprimante ressort du test avec une note générale de 8.5/10

Laurent Chevalier Depuis mon plus jeune âge, j'ai toujours été fasciné par le fonctionnement des appareils en tout genre. Ayant la chance d'avoir un père extrêmement bon bricoleur et touche à tout, j'ai été baigné dès la tendre enfance dans les bricolages de mon paternel. Déjà à la maternelle où je réparais la perforatrice de mon institutrice. Ensuite je démontais mes jouets afin de comprendre leur fonctionnement. Toujours fasciné par la technique et les sciences, je me suis orienté vers des études secondaires scientifiques. J'ai ensuite continué dans ma lignée par un bachelier en électronique appliquée qui m'a apporté énormément de compétences dans le domaine grâce à des professeurs partageant une même passion. N'ayant pas encore assez exploré ce domaine à mon goût, je décide de continuer l'aventure par un Master en sciences de l'ingénieur industriel en finalité électronique.

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *